Mes critiques

samedi 2 décembre 2017

Le journal de Dylane- Macaron framboise et chocolat

Nom du livre:Le journal de Dylane- Macaron framboise et chocolat
Nom de la collection:Le journal de Dylane
Auteure:Marilou Addison
Éditions:Boomerang
Pages:416
Date de sortie:22 mars 2017
Prix:16,95 $(en papier)12,99$(électronique)
Âges:13 ans +

Synopsie

Colin : Alors… vous vous êtes embrassés ? C'est fait ? Tu sors avec Lancelot ?
Moi : Hein ? L'embrasser ?
Colin : Je veux dire… c'est évident que ça allait se passer, vu la façon dont il te regarde.
Moi : Ah ouin ? La façon dont il me regarde ?
Colin : Allez, ne fais pas semblant que tu n'as rien vu ! En plus, il rit à toutes tes blagues, même si elles sont plates ! C'est un signe, ça…
Moi : Un signe ?
Colin : Arrête de répéter ce que je dis comme un perroquet,
Dylane ! C'est gossant !
Moi : Comme un perroquet ?
Il s'est levé en faisant claquer sa langue, ce qui m'a enfin fait sortir de ma léthargie.
Moi : C'est pas ce que tu crois ! Je l'ai pas embrassé du tout. En fait, je l'ai poussé dans l'escalier et je lui ai fermé la porte dans la face… Je pense qu'il me déteste, maintenant…
Colin (en se rassoyant en vitesse) : Sérieux ?! Tu as fait ça ? Mais… pourquoi ?

---------------------------------------------------

Dylane est unique à son genre ! Elle est tout à fait ordinaire comme, une adolescente normale, mais je crois que c'est ce détail qui fait toute la différence. Elle est ses lectrices, se posant les mêmes questions sur la vie et la sexualité. En deuil de sa grand-mère Madeleine, Dylane décide alors de lui faire hommage en écrivant dans le cadeau de celle-ci. À travers les histoires de Colin, l'arrivée de Maximilien et ses frères qui l'agacent, Dylane essaie tant bien que mal de découvrir ses émotions qui la secouent. J'adore Dylane ! J'adore son entourage qui se rapproche légèrement du mien. Et évidemment, j'adore son franc-parler et ses aventures rocambolesque. Cette série sucrée et spéciale dans mon coeur, m'offre un sixième tome comique, mignon et empli de clin d'oeil pour les fêtes qui arrive en grand pas. Marilou ! Vous êtes unes de mes reines ! Je ne suis jamais déçu de vos récits, ni de votre plume :
Eh bien, maintenant, je dois me procurer le septième tome.

Une Dylane troublé entre les amours, sa cousine et le 360 de sa vie, accompagné d'un journal génial.
Coup de coeur !

5/5

Extraits :
Papa : Dylane... il fait que je te dise...
Moi : Oh, papa, je suis désolée que votre dispute soit encore de ma faute. Je n'aurais peut-être pas dû lui faire la grimace, à l'église, mais j'étais trop en colère et je n'ai pas réfléchi.
Papa : Non... Non, c'est moi qui m'excuse. Je ne sais pas pourquoi je n'ai pas réagi avant. Carmen est... Elle n'est pas le genre de personne que je veux faire entrer dans ma famille, je crois. Je ne veux pas commencer à dire du mal d'elle, mais disons que nous n'avons pas les mêmes valeurs, en fin de compte.
Moi : Ben là... c'est vrai qu'elle est un peu intense, mais si tu l'aimes, tu peux sortir avec elle même si elle m'aime pas, tsé.
Papa : Justement, je ne crois pas. Comment je pourrais être avec une femme qui n'aime pas mes enfants, hein ? De toute manière, quel genre de personne peut ne pas vous aimer ? Vous êtes... OK, vous avez vos défauts et vos qualités, mais vous êtes quand même super attachants ! Et surtout, vous êtes ce que j'ai de plus précieux dans la vie.
Moi : Oh... papa, c'est trop gentil, ça. Je t'aime, moi aussi.
Papa (en me faisant un geste pour venir me réfugier dans ses bras) : Allez, viens ici, ma grande.


Ce que j'ai fait sans attendre. Ça faisait longtemps qu'il ne m'avait pas serrée contre lui comme ça et, au début, c'était plutôt gênant, mais j'ai fini par me laisser aller et ça nous a fait un bien fou.


Papa dit que j'ai un peu exagéré... J'aurais pu ne pas tout utiliser. Mais Noël ne serait pas pareil sans ces lumières qui brillent, ces guirlandes qui prennent autant de place et ces boules de mille et une couleurs. 
Moi, j'aime ça ainsi. En plus, j'ai remarqué que ça fait sourire tous ceux qui entrent dans la maison. Quand Will est venu voir Fred, il n'a pas eu le choix de lui donner un bec sous le gui que j'avais installé juste en haut de la porte. Sébas a lâché une exclamation choquée, mais moi, je n'ai pas pu m'empêcher de rire.

Ils sont mignons, je trouve, Fred et Will. Je suis contente que ça marche bien pour ceux deux-là. Mon frère est vraiment bien tombé. Bien mieux qu'avec son ancien chum, en tout cas.



Pour découvrir un extrait ou faire l'achat du livre, voilà le site internet :

Pour découvrir mon avis sur les autres tomes
(Appuyez sur la couverture, pour accéder à mon avis)





Aucun commentaire:

Publier un commentaire